» » Cas client : l'impression 3D et la numérisation 3D au service des laboratoires dentaires


 

 

L'impression 3D et la numérisation 3D au service des laboratoires dentaires

 

Plongée au cœur d'un laboratoire dentaire 2.0

 

 

En quelques années, l’impression 3D a pris une place importante dans le milieu médical, particulièrement dans la confection de prothèses dentaires. Les prothésistes sont un maillon essentiel de la chaîne de soins : aucune dentition n’étant identique, leur rôle est de concevoir des appareillages sur mesure adaptés à la morphologie unique de chaque patient. Cette activité impose de la précision, un savoir-faire minutieux et un sens aigu de l’esthétique.

 

Au croisement entre modernité et tradition, la profession adopte massivement les nouvelles techniques de fabrication digitale pour concevoir des dispositifs toujours plus précis, toujours plus rapidement. Pour vous faire découvrir les évolutions du métier de prothésistes dentaires liées à l'intégration des outils de fabrication assisté par ordinateur, nous sommes allés visiter les laboratoires Goblet Daumas, l'un des clients de Machines-3D les plus en avance sur ces questions. Immersion !

 

 

 

Une profession en constante évolution

 

 

 

Les laboratoires Goblet Daumas sont à l'avant-garde de la transition vers la fabrication digitale. Fondée en 1945, l’entreprise a acquis une renommée nationale auprès des praticiens pour la qualité de ses réalisations. Entre 2015 et 2017, les laboratoires Goblet Daumas et F. Chalard ont été rachetées par Pascale Poupart, qui a depuis entamé un grand travail de modernisation des activités en adoptant les techniques traditionnelles aux outils du 21ème siècle comme la CFAO (conception et fabrication assistée par ordinateur), l'impression 3D et la numérisation 3D.

 

Traditionnellement, la fabrication de prothèses est une activité artisanale s'appuyant sur des gestes et des outils mécaniques. Jusqu'à très recemment, les empreintes dentaires étaient généralement réalisées avec de l’alginate par le praticien puis envoyées aux prothésistes en charge de concevoir le traitement. Un modèle de travail en plâtre était alors réalisé par le prothésiste, et c’est sur ce modèle qu’était construit le dispositif dentaire. La révolution de la fabrication digitale permet de s’affranchir de cette première étape et d'optimiser l'intégralité du flux de travail. 

 

Pascale Poupart, dirigeante des laboratoires Goblet Daumas >

 

 

 

 

Exit l’alginate et les modèles artisanaux en plâtre, place aux modèles 3D

 

 

La conception et la fabrication numérique de prothèse commence grâce à un fichier 3D contenant les données anatomiques du patient. Grâce au travail en flux numérique, le praticien est désormais capable de numériser l’intérieur de la bouche du patient en 3D avec un scanner intra-oral. Il récupère en quelques minutes un rendu en trois dimensions précis de la bouche du patient qu’il transmet de manière électronique au prothésiste.

 

En plus de gagner en précision, pour Pascale Poupart, cette nouvelle méthode de travail permet entre autres de faciliter la collaboration entre le praticien et le laboratoire : “c’est un gain de temps important, tant pour le praticien que pour nos équipes, la transmission des données étant instantanée. C’est également plus confortable pour le patient qui n’a plus le goût de l’alginate en bouche”.

 

 

 

Conception artisanale de prothèse

 

 

 

Le design numérique au service des soins dentaires

 

 

Tous les praticiens ne sont pas encore équipés” regrette la directrice des laboratoires Goblet Daumas. Dans cette situation, il faut encore passer par le modèle en alginate qui sera numérisé sous tous les angles avec un scanner 3D de bureau. Cela permet de passer à un modèle numérique de la dentition du patient. Avec ce précieux fichier, le travail de création de prothèse assisté par ordinateur peut commencer. 

 

 

A partir des données anatomiques du patient, les prothésistes conçoivent numériquement le dispositif médical sur un logiciel 3D. Le dispositif conçu sur ordinateur peut être exporté pour être fabriqué par une imprimante 3D ou une usineuse numérique (selon la nature de la prothèse). Par exemple, dans le cas des stellites, une des méthodes de fabrication employés par les laboratoires Goblet Daumas est dite du moulage à la cire perdue. Elle consiste à imprimé en 3D le dispositif avec un matériau calcinable à base de résine et de cire. Le modèle imprimé est ensuite incinéré dans un cylindre rempli d'un matériau réfractaire jusqu’à sa dissolution. Le vide laissé dans le cylindre est rempli sous vide par du métal en fusion.

 

 

 

En haut : moulage à la cire perdue, travail implantologique sur modèle d'étude imprimé en 3D

En bas : conception numérique d'un stellite, impression 3D sur imprimante dentaire Accufab de Shining 3D

 

 

 

“L’impression 3D est utilisée pour de nombreuses applications, c’est une technologie numérique dentaire aujourd’hui incontournable” nous indique Pascale Poupart. Les différentes applications à la disposition des laboratoires, vont de l’étude implantologique sur des modèles fonctionnels de l’occlusion, à l’impression 3D de moule destiné au thermoformage de gouttières d'alignement.

 

 

Pour l’instant, l’intervention humaine est encore requise dans tous ces procédés. A terme “l’évolution des techniques et des matériaux permettra de fabriquer à peu près toutes sortes de prothèses dentaires avec un minimum d’intervention manuelle” estime Pascale Poupart.

 

 

En maîtrisant de bout en bout l’ensemble de la chaîne numérique, les laboratoires Goblet Daumas sont capables de créer des prothèses dans un temps record et pour un tarif aussi compétitif que ceux pratiqué par les laboratoires étrangers... la traçabilité et la qualité made in France en plus. En adoptant des technologies toujours plus fiables et plus puissantes, les laboratoires Gaublet Daumas font depuis 2015 le pari de l’artisanat numérique appliqué à la dentisterie. Ces nouveaux outils offrent une réponse adaptée aux besoins de précision et de répétabilité des laboratoires et facilitent les relations avec les praticiens.

 

 

 

Les laboratoires Goblet Daumas utilisent des imprimantes 3D Accufab de Shining 3D. L'accufab est spécifiquement développé pour répondre aux besoins du secteur dentaire. Sa précision et sa facilité de prise en main font sa réputation auprès des laboratoires dentaires.

 

Plus d'informations : Accufab-D1 Shining 3D