» » Sculpture Design : Faire entrer les bêtes préhistoriques dans le XXIe siècle grâce à une fusion de l'art et de la science


Sculpture Design : Faire entrer les bêtes préhistoriques dans le XXIe siècle grâce à une fusion de l'art et de la science

 

Depuis son plus jeune âge, Konstantinos Fais a deux passions : l'art et l'histoire. Né et ayant grandi dans la ville de Ioannina, dans le nord de la Grèce, il a commencé l'étude approfondie de la littérature grecque et romaine antique en 2010 pour la dépeindre à travers son élan artistique et la cultiver. En 2017, sa première exposition a eu lieu.

 

 

 

Depuis, il organise régulièrement des expositions de peinture dans toute la Grèce avec toutes ses œuvres, sans exception, liées à la littérature grecque antique, tandis que les matériaux avec lesquels il travaille sont, principalement le crayon, l'encre et certains avec des pastels secs. En dehors de l'étude des écritures anciennes, son inspiration est basée sur des découvertes anciennes telles que des vases noirs et rouges, des reliefs, des bustes, des statues, des pièces de monnaie, des bijoux et des pierres tombales.

 

En 2019, il s'est étendu thématiquement à deux nouveaux secteurs : Le premier est le World Historic Shipping. L'accent est mis principalement sur les navires célèbres dans l'histoire, dont la plupart sont des épaves. L'autre est l'ère préhistorique, du Néolithique supérieur au Pléistocène, afin d'aborder sa relation avec la mythologie grecque et mondiale. La préhistoire est définie comme les événements qui se sont produits avant l'existence de documents écrits dans une culture ou une société donnée.

 

 

 

 

Au cours de l'été 2020, MADE Group, une plateforme à but non lucratif pour les projets sociaux innovants et les synergies créatives, a demandé à Konstantinos de rejoindre le groupe de créateurs du projet STARTS, qui est financé par la Commission européenne. En ce qui concerne ce projet, Konstantinos a souligné que l'équipe travaille sur des concepts leur permettant de développer des installations recréant des créatures paléontologiques en collaboration avec des fondations, des ingénieurs, des artistes et des développeurs locaux.

 

La créature sur laquelle Konstantinos a choisi de travailler est une créature du Pléistocène. Elle est basée sur le plus grand spécimen de dent de sabre qui ait jamais été trouvé. En mars 2020, un article du New York Times a attiré son attention. L'énorme crâne du soi-disant Smilodon Populator a été découvert en Uruguay.

 

 

 

 

 

Le Smilodon Populator s'est répandu en Amérique du Sud, nettement plus grand et plus robuste que son frère nord-américain, le S. Fatalis. Il était capable de se nourrir même des proies les plus géantes de son époque, en d'autres termes, il était au sommet de la chaîne alimentaire. Les équations allométriques ont révélé que ce crâne remarquablement grand appartenait autrefois à un individu de 435 kg. Deux fois plus gros qu'un lion africain, et doté d'énormes crocs.

 

L'artiste a été tellement fasciné par cette bête que, dès la fin de la lecture de l'article de référence, il a eu l'idée de reconstituer la majeure partie du squelette de l'animal. Ainsi, au-delà du crâne, il devait ajouter la mandibule, le cou, l'épaule, les os thoraciques, les os lombaires, la partie sacrée du bassin et la queue. Il a dû obtenir la morphologie et les dimensions correspondantes du reste de la structure du corps. En utilisant des pièces d'argile sur une armature de fer, il allait donner vie au squelette de la bête.

 

Pas à pas, il a étudié toute la structure ostéologique et ostéomorphique et, considérant que le crâne trouvé en Uruguay était 13% plus grand que celui du célèbre et grand Smilodon Bonaerensis décrit par Muñis en 1845 (ou Machaerodus neogaeus, nommé par Hermann en 1866), il a agrandi chaque os de 13%. Il a consacré plus de 1200 heures ( 7 mois ) et près de 60 kg d'argile pour le terminer, séparément de la base en fer. Elle est à l'échelle 1:1, ce qui se traduit par une longueur totale de près de trois mètres, mesurée de l'avant du crâne à la queue.

 

 

Rendre les données de numérisation 3D accessibles à l'enseignement et à la recherche

 

Une fois la sculpture achevée, les pièces précieuses et fragiles du géant ont été transportées de Ioannina à Athènes. La sculpture a été transférée dans les installations de numérisation 3D de haute technologie de 3DHUB Grèce. 3DHUB est partenaire de SHINING 3D et vend des scanners EinScan 3D dans toute la Grèce depuis plusieurs années déjà. Le scanner 3D portatif multifonctionnel EinScan-Pro HD s'est avéré être l'outil de numérisation 3D idéal pour aider Konstantinos à faire entrer chaque pièce de la sculpture du squelette dans le monde de la 3D.

 

 

 

L'ensemble du processus a duré 3 jours et des modèles d'objets haute résolution ont été fournis, adaptés à des applications commerciales ou à des fins éducatives.

 

 

Numérisation 3D des pièces individuelles de la sculpture

 

 

L'équipe a choisi d'utiliser l'EinScan-Pro HD pour mener à bien le projet en raison de sa capacité exceptionnelle à capturer des détails très précis tout en conservant une vitesse de capture et une capacité de suivi rapides. Toutes les pièces ont été numérisées en une seule fois sans problème de suivi lors du passage du recto au verso. Le scanner a même réussi à numériser sans problème la sculpture entièrement assemblée.



 

Cet article vous a été présenté par 3DHUB. L'article original a été publié sur

 

https://www.3dhub.gr/smilodon-populator-by-k-fais/

 

Les informations compilées dans cette étude de cas proviennent des sources suivantes :

 

A propos du voyage de Konstantinos vers la construction de sculptures préhistoriques